Les histoires qu'on aime...

Pour découvrir de beaux textes, connus ou moins, voire pas encore édités !

  • Quand Harry Potter fait découvrir des classiques de la littérature...

    Eéléonore Cartellier, docteur en littérature britannique à la fac de Grenoble, s'est livrée à un drôle d'exercice: rechercher dans les 7 tomes d'Harry Potter les références à des auteurs, oeuvres ou mythes classiques. Et qu'a-t-elle trouvé? Et bien la série regorge de références à l'Odyssée d'Homère, et aux dieux de l'Antiquité grecque ou romaine. Un des leitmotivs de Voldemort est lui directement inspiré de L'épopée de Gilgamesh, la plus ancienne oeuvre qui remonte à 3000 av JC. On retrouve aussi des personnages des Métamorphoses d'Ovide, du Conte d'Hiver ou de Macbeth de Shakespeare...

    Bref, en lisant ou regardant Harry Potter, nos jeunes ( ou moins jeunes), s'acclimateraient tout doucement à ces grandes oeuvres ou grands auteurs... Une bonne nouvelle, non ?

    Pour en savoir plus, l'article complet publié dans The conversation: https://theconversation.com/lectures-ces-classiques-quharry-potter-fait-decouvrir-a-vos-enfants-117719

    Hpotter

     

  • Pourquoi il faut lire des histoires à nos enfants...

    Quand un parent décide de partager une histoire avec son enfant, il ne se contente pas de lui lire un texte à voix haute. Au fil du récit, il va souligner par les intonations les moments importants de l’histoire ou expliquer le sens de certains mots nouveaux. Et, même si le livre présente des illustrations, ce rituel place la langue écrite au centre de l’attention de l’enfant et a en fait une forte incidence sur le développement du langage et sur l’apprentissage de la lecture qui se mettra en place au CP.

    Tout d’abord, la fréquence de ces lectures partagées à la maison influence le développement de certaines compétences liées à la langue écrite. À partir des renseignements donnés par le parent, les enfants peuvent renforcer les bases essentielles à la lecture et l’écriture qu'il apprendra à l’école.

    Une des compétences est la « sensibilité à l’orthographe ». Il s’agit d’une aptitude précoce permettant à l’enfant de comprendre les caractéristiques et l’organisation de la langue écrite. Cela anticipe ce qui sera ensuite explicité pendant la scolarisation. Par exemple, c’est ce qui permet de reconnaître que la langue écrite française est « linéaire », qu’elle se développe de gauche à droite, et, qu’entre deux mots écrits, il y a un espace blanc.

     

    Lire la suite

  • Lire aide à "lire" les émotions des autres...

    Si les chercheurs ont souvent étudié ce qui se passe dans le cerveau quand on lit, peu de travaux se sont penché sur les bienfaits qu'apporte la lecture. Une étude récente ( 2018) menée par Iris Van Kujk, Peter Verkoeijen, Katinka Dijkstra et Rolf Zwaan (.... flamands pas de doute !!...) ont confirmé une étude antérieure (2013) montrant que le simple fait de lire un extrait d’une fiction littéraire (autrement dit, un ouvrage récompensé par un prix et/ou écrit par un auteur de référence, comme Patrick Modiano ou Jean‑Marie Gustave Le Clézio), permet d’obtenir par la suite de meilleures performances en " théorie de l'esprit" que le fait de lire un passage tiré d’une fiction populaire (tel qu’un ouvrage faisant partie des meilleures ventes).

    La "théorie de l’esprit" se définit comme la capacité à attribuer à autrui des pensées, des intentions, des émotions, et être ainsi à même de comprendre et de prédire le comportement des autres... Cette capacité se mesure par le "test d'interprétation du regard",  qui consiste à sélectionner le mot qui correspond à la pensée.

    Lire la suite

  • Enfin, on va pouvoir parler des livres qu'on n'a pas lus...

    Dans son livre paru en 2007, "Comment parler des livres qu'on n'a pas lus", livre que d'ailleurs nous n'avons pas lu ( ou pas encore...:-) ), Pierre Bayard, professeur de littérature à Paris VIII,  nous décomplexe en mettant sur la table les différents modes de "lecture" des livres: ceux qu'on a lus, ceux qu'on ne se rappelle pas, ceux qu'on a parcouru, ceux dont on a entendu parler sans les lire... et ceux dont on n'a pas entendu parler... et en défendant une adaptation de son trajet de lecture à ce media vivant qu'est le livre.

    Mais au fond qui d'entre nous lit vraiment tous les livres dont il parle...

     

     

    Et pour en savoir plus...un excellent article sur The conversation, media en français gratuit et passionnant....