Le bonheur d'écrire...

Et si on écrivait nous aussi ...

  • Chouette, la lecture n'est pas morte...

    Le Centre National du Livre vient de sortir son baromètre annuel sur les Français et la lecture.... avec plutôt de bonnes nouvelles....

    • Les Français lisent toujours autant, essentiellement des romans, même s’ils ont le sentiment de lire de moins en moins et de manquer de temps pour la lecture.
    • Les mangas-comics, les livres de SF ( portés par les jeunes) et les livres sur le développement personnel ( femmes, quadras et CSP-) progressent nettement. 
    • Les achats de livres d’occasion, mais aussi sur internet, se renforcent. Le taux d’achat en librairie, notamment spécialisée, a progressé, mais le sentiment d’un manque de disponibilité des ouvrages en rayon et d’une difficulté à passer commande en magasin, conforté par la facilité du recours à internet, s’est accru sensiblement.
    • Les Français restent attachés à l’objet livre. La lecture de livres numériques évolue de manière marginale et ne cannibalise pas le format papier. 
    • Plaisir et découverte, deux grandes qualités que les Français associent toujours à la lecture. S’ils estiment, plus que jamais, que la lecture doit être une source de plaisir et de découverte de nouvelles choses, la recherche d’épanouissement personnel se révèle être une attente encore plus forte des Français.

    Une petite infographie ci-dessous pour plus de détails

    Lire la suite

  • Ecrire ou gagner sa croûte... le dilemme de l'écrivain

    Si on ne s'appelle pas Guillaume Musso, Michel Bussi ou Marc Levy le podium des écrivains Français les plus lus, difficile de gagner sa vie avec sa plume... Selon la Ligue des auteurs professionnels, entre 41 % et 53 % d’entre eux perçoivent moins que le smic et seuls 1 600 gagnent plus de 4 500 euros par mois grâce à leur seule plume. 

    Pour les autres, c'est la course aux jobs alimentaires ou aux double vie. Guillaume Musso était prof d'histoire-géo, Michel Bussi, géographe, directeur au CNRS. Le sociologue Bernard Lahire, dans son essai de 2006 La Condition littéraire. La double vie des écrivains a analysé 500 réponses d’auteurs exerçant une autre activité, essentiellement dans l’enseignement et le journalisme.

    « Dans cet univers littéraire très faiblement rémunérateur », il dresse le portrait de « personnages héroïques », qui, sans attendre de leur travail une importante rémunération, écrivent vaille que vaille. La difficulté de concilier deux métiers vient, selon lui, « d’un temps haché », de la nécessité d’écrire dans des interstices d’agenda. Il faut ajouter également de mon point de vue la nécessité de concilier non seulement le travail rémunérateur et le travail-plaisir d'écriture mais également la vie de famille, car il ne faut pas se leurrer, écrire est un immense bonheur qui prend du temps et qui donc ne peut être qu'un choix familial...

  • Qui est Bruno ?

    Bruno s'appelle Bruno Morel. Il est journaliste culturel à Avignon, et se fait une spécialité d'interviewer les artistes de passage dans sa ville.... et il y en a ... et oui le festival d'Avignon...

    Notre éditeur Gilles Brancati, avignonnais également, nous a organisé une rencontre. Bruno nous reçoit dans son studio d'enregistrement dans un magnifique immeuble près du Palais des Papes. Il sait mettre tout de suite à l'aise et très vite on oublie la caméra.

    Si vous voulez suivre son travail, son site Facebook

  • Les mots qui reflètent une manière de vivre ...

    Savez-vous que dans certaines langues, il y a des mots pour dire.... "reflet du clair de lune sur l'eau", ou bien "prendre une bière à l'air libre" ou encore "somnolence après un bon repas" ou enfin "aggraver une situation en voulant l'améliorer" .... Etonnant, non?